dimanche 4 février 2018

MC Solaire ré-enchante les panneaux de stationnement pour handicapés


En Saône-et-Loire, Marie-Caroline Brazey transforme le petit bonhomme des panneaux signalant les emplacements réservés aux personnes handicapées en sportif ou en super-héros. Atteinte elle-même d’une maladie neurologique orpheline, elle espère ainsi changer le regard des gens sur le handicap.
À Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), les panneaux signalant les emplacements réservés aux personnes à mobilité réduite sont moins austères qu’ailleurs grâce au talent de Marie-Caroline Brazey. La jeune femme customise depuis quelques mois les panneaux de la ville grâce à ses collages pleins d’humour et de poésie, comme l’a rapporté, mardi 16 janvier, France 3 Bourgogne-Franche-Comté.
  Pas très joyeux, pour ne pas dire austère, le petit bonhomme en fauteuil roulant servant de logo aux panneaux signalant les emplacements réservés aux personnes en situation de handicap. Sauf à Chalon-sur-Saône. Dans cette ville, il prend des allures de sirène, de sportif ou de super woman depuis juin 2017. Comment ? Grâce à des collages pleins d’humour et de poésie signés MC Solaire, le pseudo sur Facebook de Marie-Caroline Brazey.

Sirène, superwoman ou basketteur

« J’ai eu cette idée en recevant ma carte de stationnement… Je trouvais ce logo très limitant. Le personnage ne semble pas avoir de bras, il est passif… », explique la Bourguignonne, qui a décidé de le doter de quelques accessoires. Le personnage devient ainsi sirène, superwoman ou basketteur au gré de l’imagination de la créatrice. « Je veux montrer que ce n’est pas parce qu’on est en situation de handicap, qu’on n’a pas d’activités. On a une vie, on a le droit de rire… »

Une idée inspirée du street art


La jeune femme, atteinte la maladie de Strümpell-Lorrain, une affection dégénérative entraînant des troubles de la marche, en a eu l’idée lorsqu’elle a reçu sa carte de stationnement. « C’était un moment compliqué pour moi ! Et je trouvais ce logo très limitant. Le personnage ne semble pas avoir de bras, il semble passif (…). » Par cette démarche inspirée du street art, elle espère changer le regard du public sur le handicap et en donner une image plus positive. Pour elle, un bon dessin vaut mieux qu’un long discours. Pas vrai ?
C'est une très bonne initiative, si tout le monde pouvait faire la même chose dans son quartier où dans sa ville se serait super! Bravo à elle !!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire